AERoFAB : un nouveau vent souffle sur la bière artisanale nantaise

AERoFAB - Arthur et Charles

Bienvenu•e dans ce petit tour d’horizon des brasseurs de vents (aka Arthur et Charles) ! Autant nous on brasse de l’air, autant eux ils font de la bière, en canettes et dans un esprit un peu DIY (= Do It Yourself = Fais-le toi-même avec tes mains). Aperçus au Saint-Malo Craft Beer Expo 2019 puis au Sur-Mesure à Graslin, ça a été l’occasion de boire, discuter ensemble, reboire et venir ensuite les rencontrer chez eux à Sautron, en pleine préparation 🙂 C’est sans transition pour découvrir un duo engagé et accueillant !

De passionnés à “Gypsy Brewers”…

Si on n’a pas osé leur dire de manger leurs morts, on va quand même t’expliquer le chemin parcouru par Charles et Arthur jusqu’ici.

Tout a commencé on ne sait pas trop quand à l’ICAM de Nantes (école d’ingénieurs s’il vous plaît) où nos deux lascars partagent cette passion commune pour le brassage et la bière. Diplômés puis embauchés, après quelques stages en brasserie et formation à l’IFBM, ils décident alors de quitter leur emploi pour créer une brasserie (comme Tête Haute !) en sollicitant un prêt permettant de financer et lancer leur projet. L’histoire ne raconte pas si les banquiers préfèrent le vin à la bière, mais ça n’a pas tout de suite marché, un peu comme toi quand tu te fais recaler en boîte parce que tu es trop fatigué.

Malgré cet imprévu, Arthur & Charles ont quand même décidé de persévérer pour ne plus brasser de la bière qu’en amateurs, et grand bien leur en fasse 😉 C’est là que les gitans (“gypsy” selon Shakespeare) arrivent… Comment faire pour produire de grandes quantités de boissons houblonnées sans posséder le matériel nécessaire ? En squattant sans scrupules celui des autres pardi ! Ou plus poliment, en bénéficiant de la générosité et de l’entre-aide mutuelles d’autres microbrasseries pour utiliser leurs locaux et équipement 🙂 On peut donc remercier Parisis, La Muette, Saint Mars La Bière,Nautile, Mélusine ou encore l’IFBM pour avoir permis de faire connaître AERoFAB jusqu’à nos papilles.

Dès mai 2018, les 1ers brassins sont réalisés puis répandus dans les festivals et caves locales. Pour notre part, Transfert a été à la porte d’entrée des différents vents produits par les brasseurs. Ensuite ça n’est pas allé en s’arrangeant pour notre taux d’alcoolémie car très rapidement, on a remarqué les canettes blanches et striées un peu partout, autant dans les caves et bars de Nantes qu’à la 3e édition du BierFest.

Et pourtant ! Il s’agit d’un vrai défi que de mettre en valeur la bière en canette. Pourtant répandue en Amérique du Nord, en France elle peut encore souffrir d’une réputation de “boisson de clochard” même si de plus en plus de très grandes brasseries européennes la mettent en valeur comme Wylam, Cloudwater, Garage, ou encore Frau Gruber. On peut donc penser qu’AERoFAB fait partie des pionniers en la matière à Nantes au sein de la culture brassicole française. Sans oublier qu’ils ont ici aussi bénéficié des machines de leurs hôtes pour faire des canettes. Car les 1ers prix de ce genre d’appareils avoisinent les 60-70k€, et 150k€ pour de la meilleure qualité (avec k = 1000). Pourquoi pas par la suite mutualiser cet ustensile final ? Pas non plus évident avec les contraintes que cela impose sur les responsabilités, transports, nettoyage, etc.

Enfin pour casser les a priori sur les canettes auprès des revendeurs, rien de mieux que de contacter toutes les caves pour proposer et faire découvrir le produit, autant par son emballage que ses qualités organoleptiques (désolé si pour toi il y’a trop de syllabes dans ce mot, tu peux toujours faire un tour ici).

Nomades puis microbrasserie artisanale

Ainsi, cela fait déjà plusieurs mois que Charles-Arthur se déplacent de brasserie en brasserie pour créer et améliorer leurs recettes. Ce fonctionnement est totalement assumé car si tu sais lire, au dos de chacune de leur canette est indiqué le lieu de production de la boisson avec une phrase de remerciement. La mention “Gypsy Brewers” (Brasseurs gitans si tu n’as toujours pas compris) est aussi notée en dessous du logo, mais plus pour longtemps !

Car c’est enfin bon ! Ce succès tangible depuis le début a permis de débloquer un prêt permettant ainsi à A&C d’obtenir les locaux, le matériel nécessaire et de quoi mettre du beurre dans les épinards. D’ailleurs si tu as des comptes à régler avec eux du fait de leur passé de gitans, on balance l’adresse où les trouver en bas de l’article 😉 En complément de la brasserie, il y aura un bar (inauguration ce vendredi 17 mai 2019 !!) avec un petit bureau pour chapeauter la brasserie en hauteur et des locaux pour accueillir les activités de La Hulotte.

Ce choix de mutualiser les locaux permettra lors des ateliers de brassage proposés par La Hulotte de profiter des infrastructures et de l’équipement d’AERoFAB pour donner encore plus d’envergure et de perspectives aux apprentis brasseurs. Et bien entendu, les brasseurs seront prêts à rendre la pareille pour accueillir et aider de futurs nouveaux “Gypsy Brewers” pour garder cet esprit altruiste d’entre-aide.

Brasserie AERoFAB

Finalement cette aventure suit toujours son rythme grâce à l’envie et la volonté de Charles et Arthur pour concrétiser leur projet. Ils s’investissent au maximum et ont quasiment tout aménagé eux-mêmes dans les locaux, tout en se faisant de plus en plus connaître. La philosophie AERoFAB c’est finalement faire soi-même ces choses concrètes qui font partie du voyage !

Il y a donc ce côté motivant dans l’accomplissement, mais aussi le revers de la médaille car la “célébrité” expose les brasseurs aux avis d’un plus grand nombre de personnes que son cercle proche d’amis. C’est tout un équilibre à trouver pour continuer de s’investir personnellement en prenant du recul par rapport aux critiques et jugements. N’hésite pas à mettre un petit commentaire d’explication si tu t’apprêtes à mettre un petit 1/5 sur Untappd à une bière craft 😉

Et le vent dans tout ça ?

Après le nom même de la brasserie et son logo, impossible aussi de passer à côté du design des étiquettes ni du nom de chaque bière. Il y’a quelque chose dans l’air… (bon ok celle-là elle était facile, j’espère que je ne me prendrai pas de vent… (arrêtez-moi !!)). L’image de marque d’AERoFAB c’est bien le vent, autant par ses appellations que ses formes.

Cela explique effectivement ces courbes noires sur fond blanc réalisées par le studio nantais BleuNeon : il s’agit d’un rappel aux cartes topographique, et isobarique de la météo. D’ailleurs, plus il y a de lignes, et plus la bière sera forte ! On le voit très bien sur l’image ci-dessus : la densité augmente entre la Wheat Ale (une bière blanche tout à droite), puis l’IPA (Mistral V2) et enfin l’Imperial Stout Tonka tout à gauche par exemple. Et le nom de chaque bière est bien un nom de vent.

Pourquoi une telle identité ?

Pour plusieurs raisons 🙂 Tout d’abord parce que Charles adore le bateau nous confie-t-il (pas les Zodiacs a priori) mais aussi car au début ils souhaitent faire des bières plutôt légères, ce qui n’est cependant pas le cas pour certaines recettes tu l’auras compris. Cet esprit frêle s’associe par ailleurs très bien avec le faible poids des canettes et la fugacité d’une réalisation éphémère des bières. Contrairement à la base classique de certaines brasseries (5 bières : blanche, blonde, ambrée, noire et IPA par exemple), AERoFAB n’a pas nécessairement l’intention de produire tout le temps les mêmes recettes mais bien de renouveler sa gamme, dans le même état esprit que l’excellente brasserie française Popihn. Finalement, le vent et ses nuages sont un thème très large à exploiter encore !

Une rencontre en plein brassage !

On est arrivé en pleine inauguration du 1er brassin de la brasserie… c’est donc un grand merci à vous Arthur & Charles d’avoir pu nous accorder du temps pendant cette période de rush pour vous entre l’installation de l’équipement, la production et la construction du bar 🙂 On va dire que cela a été l’occasion de se changer les idées sur des brassages qui peuvent durer entre 5 à 12 heures ! Ça ne rend que l’échange plus vivant, la preuve en images !

Vapeur d’eau sur fond vitré et orné du logo de la brasserie
À l’intérieur du monstre
Arthur observant l’extraction des drêches (résidu de malt après brassage) après le mélange avec l’eau chaude puis la filtration
Moût (jus sucré) issu de la filtration
Quelques cuves

Le style des bières AERoFAB

Comme on a pu le mentionner précédemment lors du rapport entre la brasserie et le vent, AERoFAB a déjà produit des bières de styles assez variés pour à peine 1 an de production. Cela représente une Wheat Ale, Berliner Weiss, Session IPA, IPA, NEIPA, DIPA, Milk Stout ou encore Imperial Stout (quelques jus sur l’image ci-dessous). Le fil rouge et la vision de la brasserie c’est bien de produire des bières un peu spéciales, entre les “bières de soif” (type Lager) et les bières plus geek (DDH, BA par exemple). N’oublie pas l’Alphabière si trop de mots te sont inconnus !

Ces premières recettes étaient peut-être des essais pour permettre à AERoFAB de se faire connaître et de se trouver en tant que brasserie. Les prochains projets seront réalisés -toujours au feeling les amis- en restant proche des houblons et probablement du style préféré des brasseurs : IPA et leur côté Hazy.

Voici le moment parfait pour vous partager la description de la bière préférée de Charles (par lui-même) avec en bruit de fond Arthur qui travaille :

Le savais-tu ?

La Noroît (DIPA) a été produite… par accident ! À l’origine, il s’agissait de produire une 2e version de la Nor’Easter (NEIPA) en changeant quelques éléments dans la recette. Mais patatras !! Ces modifications se sont révélées plus impactantes que prévu à l’échelle de quelques hectolitres. Il a donc fallu attendre les résultats d’analyse pour confirmer la trop grande différence de cette recette avec l’originale (8% d’alcool contre 6,3% pour la NEIPA notamment) et réimprimer les étiquettes pour pouvoir la commercialiser comme une DIPA.

Étiquette de la Mistral V2

Finalement, ce choix d’allier qualité entre bières de soif et très spéciales met en avant une stratégie économique à suivre pour pouvoir vivre de la production de bières. Il faut vendre environ 1 000 HL (= 100 000 L = 300 000 canettes de 33 cL) pour deux personnes sur un an. Il y a donc un compromis à trouver entre la qualité et le volume pour subsister grâce à la vente de bières. Pour répondre à cette réalité, AERoFAB n’a pas le choix que de s’étendre géographiquement pour toucher un nombre de consommateurs plus important. La vision du produit est affirmée et trouve heureusement sa correspondance avec le mode de consommation actuel des bières. En effet, de plus en plus de personnes s’ouvrent à des styles différents de ceux proposés par l’industrie classique, sans pour autant aller chercher dans le “très spécialisé/geek”. Le foisonnement de l’IPA dans les supermarchés en est le parfait exemple, alors que cela reste un style bien connu des plus expérimentés.

Où trouver les bières AERoFAB ?

80% sont sur Nantes, un peu sur Rennes, Poitiers et Bordeaux. Comme précisé juste avant, il y a de fortes chances que cela s’élargisse ! Les points de vente sont indiqués directement sur le site de la brasserie grâce à une carte interactive. Sur Nantes, tu les trouves facilement dans les caves et bars à bières.

Dès l’ouverture du bar AERoFAB en juin 2019, tu pourras t’approvisionner sur place ! Il sera même possible d’y prendre des fûts pour en faire profiter tout le monde 😉 Approximativement : fût de 30L entre 100 et 130€.

Cet échange amical avec AERoFAB se conclut ici, dans un bon moment d’échange et de partage pour faire un tour d’horizon de cette brasserie en vogue ! On se revoit sûr lors de l’inauguration du bar et pour une prochaine séance de brassage 🙂 Bisous.

Informations utiles

Site internet : http://aerofab.fr/

Horaires : Pour AERoFAB : jeudis et vendredis 17h-20h30 en mode afterwork et grosse soirée tous les 2-3 mois

Adresse : 18 rue du Moulin, 44880 Sautron

Coordonnées : 07 70 02 09 09 – salut@aerofab.fr