Guinness : pourquoi les bulles descendent ?

Pourquoi les bulles desendent dans la cascade Guinness ?

Légende urbaine ou true story (NDT : histoire vraie) ? On t’explique ici ce que tu peux observer si on te sert une Guinness dans un Irish Pub, genre en Irlande. À un moment, il y a du liquide qui tombe, c’est pour cela qu’ils ont appelé ça “Cascade”.

Le phénomène : un gif vaut 1000 images

Juste avant de boire la célèbre bière irlandaise servie en pression, tu pourrais avoir l’occasion de voir ça :

Beer Guinness GIF - Find & Share on GIPHY

Des petites strates de couleur chutent, c’est joli et ça détend : la cascade Guinness est née.

Pourquoi les bulles tombent, pas comme dans le Perrier ?

C’est vrai qu’on se dit que les bulles sont composées de gaz. Comme le gaz est plus léger que l’eau et qu’il subit la poussée d’Archimède (comme quand tu essayes de couler un ballon dans une piscine), alors les bulles remontent. Et bien là, oui et non. En fait, ici beaucoup de conditions sont réunies pour créer une cellule de convection, c’est-à-dire qu’il y a des mouvements au sein de la bière. On t’explique les différentes raisons de ce phénomène tout de suite ! 😉

Tout est dans la forme

Comme dans n’importe quelle boisson gazeuse, les bulles de gaz dans la Guinness remontent entraînant un mouvement vers le haut. L’ascension se fait principalement par le centre du fait de la forme évasé du verre utilisé. Les bulles arrivent alors à la surface qui est plus large qu’en bas, ce qui fait que les bulles se déplacent vers les parois.

Verre Guinness

Sauf que du fait de la forme des verres Guinnes, près des parois la bière contient moins de gaz et est donc plus dense. Le liquide plus lourd redescend vers le fond du verre, entraînant avec lui les bulles de gaz. Le verre étant ensuite plus étroit en bas, le gaz remonte alors par le centre et ainsi de suite.

La chute des bulles est par conséquent possible uniquement grâce à la forme du verre ! Sans cela, la concentration de gaz est plus homogène et ne permet pas de créer de cellule de convection 😉 En théorie, on pourrait observer des cascades dans toutes les bières du moment qu’on la boit dans un verre évasé. Et il se trouve que la forme des verres Guinness respecte totalement les conditions d’apparition d’une cascade 😉

Une question de couleur

Lorsqu’une bière est servie, le gaz alors libéré vient entraîner à la surface les protéines contenues dans la bière, ce qui forme la mousse. C’est d’ailleurs pour cela que tu n’observes pas de mousse dans l’eau gazeuse : car elle ne contient pas de protéines 😉

La mousse est plus claire que la bière car elle est composée en partie de gaz qui n’absorbe pas la lumière et ne donne donc pas de couleur. On aborde un peu ce sujet dans l’article sur l’indicateur EBC qui mesure la couleur d’une bière 🙂

Dans le même temps, la Guinness est une bière Stout qui est de couleur très sombre. Finalement, on arrive facilement à distinguer la mousse de la bière, ce qui rend le mouvement de cascade facilement visible par rapport à d’autres bières.

L’azote

Poussée d'Archimède

Enfin, la Guinness en pression n’est pas tirée avec du dioxyde de carbone comme c’est souvent le cas, mais avec de l’azote. Or les bulles de ce gaz sont plus fines et subissent moins la poussée d’Archimède (augmentation de la pression d’un fluide en fonction de la profondeur) car il y a moins de surface de la bulle sur laquelle les forces de pression peuvent s’exercer. Cette caractéristique facilite le phénomène de cascade par rapport à la majorité des bières qui te seront servies uniquement avec du dioxyde de carbone.

Voilà la recette magique de la cascade Guinness : la forme du verre, la couleur de la mousse et le tirage à l’azote ! Si tu souhaites aller plus loin et consulter les recherches scientifiques sur ce sujet (on ne rigole pas quand on parle de bière), va faire un tour sur industrial-maths.com 🙂

Si l’article t’a plu ou que tu connais des ami•es qui partent à Dublin, n’hésite pas à leur partager !