Qu’est-ce qu’une bière Porter ?

Bière Porter

Bonne question. Tu es peut-être tombé•e par hasard sur cet article parce que tu cherchais des gif de bière portée… ou alors tu voulais mater des vidéos de pierres et rochers mais tu écris comme tes pieds… 🙂

Bref, profite de ce moment pour découvrir comment sont nées les bières noires, à l’origine des Stouts et Guinness que l’on trouve si facilement dans les bars (t’as vu ça rime).

Porter : cette bière brune qui soulève

Avec ce titre, on espère pouvoir gagner le prix du meilleur jeu de mots de l’année. En fait ne juge pas trop vite, parce que c’est à peine une blague 🙂

Ce style doit son nom (Porter si tu suis) à la classe ouvrière londonienne du 18e siècle. En effet, à l’époque les “Ticket Porter” s’occupaient de transporter les cargaisons arrivées par bateaux ainsi que toutes sortes de colis et marchandises passant par les rues de la ville. Ces ouvriers étaient reconnaissables grâce à l’insigne en forme de croix qu’ils portaient. Et la bière dans tout ça ? On y arrive ! On peut dire que deux choses ont amené la bière noire de l’époque à devenir célèbre et à s’appeler Porter.

Porter ouvrier

Tout d’abord, le travail des Porter (pas la bière) était très physique et les ouvriers trouvaient facilement leur content de calories dans la bière. En ce temps-là, les pubs étaient un peu comme des “stations essence” où les travailleurs venaient chercher de l’énergie pour continuer à porter toute sorte de trucs.

Ensuite, le malt nécessaire à la fabrication des Porter (pas l’ouvrier) faisait partie des cargaisons à transporter. À la fin de la livraison en arrivant à la brasserie, une fois payé il était coutume de boire un pot (ou deux pintes) avec le propriétaire. Et surprise surprise, la boisson servie était de la bière ! La roue tourne a tourné (merci Franck), la boucle est bouclée : la bière noire et nourrissante a pris le nom de ses buveurs : Porter.

Si tu veux en savoir plus sur ces -désormais célèbres- ouvriers londoniens, tu peux lire cet article très complet écrit dans la langue de Tom Cruise.

Quel goût à une Porter ?

Ces bières sont fabriquées à partir de céréales torréfiées donc tu t’en doutes, on va retrouver de belles notes de café ou encore de chocolat. Ça se devine dès que tu mets le nez au-dessus de ton verre à bière ! Ce style, avec les Stouts, ne se résume pas à un “café froid” comme on aurait envie de l’appeler. C’est plus complexe avec des arômes fumés, de caramel, de vanille ou de fruit noir ! C’est délicieux mais riche, c’est pourquoi cela peut être facilement déroutant lors des premières gorgées. D’ailleurs, ces bières ont généralement un IBU élevé sur le papier mais l’amertume ressentie (ce qu’il se passe dans ton palais) est moins importante que dans une bière IPA.

Porte Café

Quelles sont les différences entre les Porter et les Stouts ?

Tout est dans le nom. HAHA. Si tu ne sais pas encore ce que sont les bières Stout, on te conseille de lire cet article pour en découvrir plus sur les Stouts. 😉

Bon on va pas se cacher que ces deux styles sont proches, d’autant que l’un est à l’origine de l’autre et que les deux sont fabriqués à partir de malt et orge torréfiés. Ce qu’il faut retenir, c’est que les Stouts sont généralement plus forts en alcool que les Porter, et ont un goût plus intense. C’est tout ! Même sur les saveurs en bouche on peut avoir des surprises avec des Stouts plus subtils que des Porter.

Historiquement, on peut dire que la différence était obtenue par le nombre de fois que les céréales étaient réutilisées pour produire la bière. Au tout début, les levures vont produire plus d’alcool car les céréales n’ont pas encore perdu de sucre. Sur la 129e ébullition, il reste très peu de sucre dans le malt et donc, moins d’alcool sera produit. Ce choix économique de réutiliser les céréales permet, quand tu mélanges tous ces jus, de fabriquer des bières d’intensité différentes : des Porter et des ‘Stout Porter’ plus fortes.

Porter ébullition

Comment s’est renforcée la distinction entre les Porter et les Stouts ? Et bien petit à petit, à cause des restrictions pendant la 1ère Guerre Mondiale, c’est devenu un peu plus compliqué pour les Porter de moins en moins brassées, de moins bonne qualité, et plus faible en alcool… contrairement aux Stouts qui ont réussi à conserver, malgré tout, leur réputation. Cela a permis ensuite à la Guinness et sa célèbre cascade de se faire connaître et de faire la part belle à l’alcool aux Stouts tel qu’on les connaît aujourd’hui.

On te passe volontairement les détails liés aux différentes taxes (voire interdictions) sur l’utilisation des céréales maltées ou non, et l’émergence de malts variés (chocolat, black patent, etc.) qui expliquent techniquement comment produire des bières noires différentes en alcool et intensité gustative. Mais, pour obtenir (beaucoup) plus d’informations afin de choisir si tu fais partie de la team Porter ou Stout, tu peux lire cet article dans la langue de Barak Obama et celui-ci dans la langue de Michel Drucker.

Il y a déjà eu un raz-de-marée de Porter

Mais c’est une autre histoire que l’on te raconte dans cet article 😉

Ça fait du bien cette petite pause avec ce minuscule paragraphe.

Les Baltic Porter : cet exotisme venu de l’Est

Mer Baltic Bière Porter

Comme le nom l’indique, ces bières trouvent leur origine dans les pays avoisinant la mer Baltique : Estonie, Lettonie, Lituanie, Finlande ou encore Pologne et bien sûr la Russie. En effet, les Baltic Porter sont des dérivés des Porters d’origine introduites au 18e siècle, puis inspirés par les Russian Imperial Stout. Elles se sont faites plus rares après la chute du rideau de fer dans les années 1980-1990 mais ont tendance à revenir ces dernières années.

Ce style de bière est un peu un faux ami (comme ton pote) car il est à mi-chemin des Imperial Stout et des Porter. Si on devait trancher, ce serait quand même assez proche des Imperial Stout. Pour simplifier, parce qu’on aime ça, on pourrait finalement décrire ce style comme Imperial Porter.

Avoisinant les 6-10% d’alcool et les 20-40 IBU (ok c’est des échelles larges…), les parfums houblonnés laissent finalement place aux saveurs plus sucrées de caramel, noisette et autres fruits secs, réglisse et encore raisin, prunes ou encore cerises.

C’est un style pas si répandu que cela mais qui vaut vraiment le détour 🙂 On a quelques exemples plus bas (suspens quand tu nous tiens) !

Petite sélection de bières Porter

Festive Star – Northern Monk

Savoure notre article dédié sur cette bière pour en savoir plus (ça t’en fait moins à lire sur cette page comme ça 😉 ).

Coco Touch – Une Petite Mousse

La Coco Touch est une association intéressante entre les notes chocolatées et torréfiées d’une bière Porter avec la douceur sucrée de la noix de coco. C’est très parfumé sans être trop lourd, comme quoi les Porter ont un potentiel à exploiter !

Si tu veux la déguster, rendez-vous directement sur la page Une Petite Mousse de la bière !

Porter Cerises / Framboises – Popihn

https://www.instagram.com/p/Bz-BbZDi1oY/?igshid=zmi058wdxdwd

Affiche intéressante sur le papier, le résultat est très convaincant ! Si l’on pouvait redouter une présence trop marquée du sucre, il n’en est rien. Les notes fruitées et acides apportées par les cerises et framboises (tu t’en doutes) se marient très bien avec le café de la Porter. C’est plutôt rare comme association, on apprécie d’autant plus que la bière est très bien faite !

Pour la savourer, direction Bière Racer 😉

Baltic Porter – BRLO

L’objectif est annoncé : on est parfaitement dans le style à la croisée entre les Porter et les Russian Imperial Stout ! C’est torréfié et alcooleux sans atteindre les extrêmes des RIS. À essayer absolument si tu cherches une bière avec plus de corps en bouche que les Porter. Cette Baltic Porter est un bon moyen d’appréhender les Imperial Stout 🙂

En bonus : les conseils de la brasserie : “Associez là avec un bon rôti de bœuf suivi d’un dessert au chocolat noir pour relever les saveurs ou bien testez-la en cocktail en y ajoutant un peu de Vodka. Effet cocktail Molotov garantie.”

Baltic Porter – La Débauche

Cette série de La Débauche complexifie le style de la meilleure façon qui soit en vieillissant la bière pendant 6 mois dans des fûts de bourbon ou de cognac. Cette méthode apporte au breuvage les arômes complexes des spiritueux utilisés pour retrouver du café (naturellement), de la vanille ou encore du caramel.

Tu peux la trouver (avec ses déclinaisons) chez Bière Racer et Saveur Bière.

Si cet article t’a plu, n’hésite pas à le repartager et nous suivre sur Instagram et Facebook 🙂