La bière belge, des bières remplies d’histoires

16 Juin 2020

Lorsqu’on souhaite découvrir la bière, il est difficile de ne pas évoquer la Belgique, pays roi de la bière, qui produit aujourd’hui plus de 2500 variétés différentes. Pour tout t’avouer, on est bien content de te parler de la bière belge car chez Mon Petit Houblon c’est grâce à elle que nous avons commencé à découvrir La bière autrement (au revoir les Kro, Heineken & co, bonjour le goût 😀). Maintenant que l’instant émotion est fini, c’est parti.

Prêt à découvrir la bière belge de fût fond en comble ? On va te parler de sa passionnante histoire, des différents styles de bières belges et bien sûr te recommander nos références favorites !

L’histoire de la bière belge

La bière existe depuis un bon moment, pour être précis, sa création est située après la prédominance des tyrex et avant la naissance du petit Jésus. Plus sérieusement, selon certaines sources les premières traces remonteraient en Mésopotamie, en l’an 8000 av. J.-C., d’autres disent depuis l’an 13000 avant J-C. Bref c’est vieux.

Concernant la naissance de la bière belge, elle, est plus récente (à l’échelle temporelle d’un tyrex). À partir du 6e siècle, Saint-Benoît a déclaré l’autosuffisance des abbayes c’est-à-dire qu’ils devaient produire eux-mêmes de quoi se nourrir. Les moines avaient également le devoir d’offrir gîte et couvert aux voyageurs. Avec très peu de terres viticoles et un climat peu propice à la culture viticole, les moines belges ont donc choisi de produire de la bière. C’est ainsi que la bière belge est née au sein des abbayes.

brasseur moyen age moine

Charlemagne et la bière : la propulsion

🎵 Qui a eu cette idée folle un jour d’inventer l’école ? Qui a eu cette idée folle de propulser la bière ? C’est ce sacré Charlemagne, sacré Charlemagne 🎵

À l’époque boire de l’eau était peu hygiénique et rendait les populations malades. La bière était une boisson plus sûre car le processus de brassage, et en particulier l’ébullition, permettait de tuer les mauvaises bactéries. Au sein des monastères, il était alors coutume que les moines, les femmes mais aussi les enfants consomment de la bière de table (une bière légère très faible en alcool, 1,5%) à la place de l’eau. Le développement de la bière s’est d’autant plus accentué lorsque Charlemagne, au 9e siècle, a décidé que chaque abbaye devait produire sa propre bière. Les techniques brassicoles se sont alors affûtées et de premières brasseries d’abbayes se développèrent rapidement comme celle d’Affligem dès 1074, qui était recommandée car “protégeait de la peste”, mais apparemment pas du Covid-19 😉 .

Attention Mesdames et Messieurs, c’est l’instant anecdote :

En Belgique,  la bière de table a été servie dans les écoles jusque dans les années 1980 pour prévenir la consommation de sodas et protéger de la mauvaise qualité de l’eau.

Avant le 14e siècle, la bière était gratuite et ne pouvait être consommée qu’au sein des monastères.

Les guildes de brasseurs : l’âge d’or

Le développement de la bière s’est ensuite accéléré au 14e siècle car la consommation de cette belle potion a été rendue possible en dehors des monastères. Pour faire face à la demande et aussi à la concurrence entre brasseries, celles-ci se sont regroupées en guilde pour :
– mettre en commun les techniques de brassage et améliorer leur production
– négocier face à l’État en cas d’augmentation de la taxe brassicole : la Gruitrecht

La toute première guilde des brasseurs de Bruges voit le jour en 1308, puis Liège en 1357 et Bruxelles en 1358. Celles-ci deviennent de plus en plus puissantes jusqu’à racheter, en signe de richesse, la maison de l’arbre d’or sur la Grand Place de Bruxelles (qu’il est aujourd’hui possible de visiter, qui s’appelle la Maison Brasseur).

Avant le 14e siècle, il n’y avait pas de houblon dans la bière en Belgique ! C’est le gruit qui était utilisé, un mélange de plantes qui permettait de contrebalancer le goût sucré du malt.

Le houblon ne s’est généralisé que suite à un décret en 1364 obligeant les brasseurs à l’utiliser pour ces propriétés de conservation de la bière.

La Révolution française et la bière belge : le ralentissement

Après l’âge d’or de la bière belge c’est la Révolution française qui a été un tournant. Elle a ralenti fortement le développement de la bière belge : les guildes de brasseurs sont interdites, des abbayes sont détruites (et donc des brasseries) et le cacao et les sodas commencent à concurrencer la bière.

revolutio francaise biere

Pasteur et la bière : les innovations brassicoles

Avec plus de 3000 brasseries en 1900, de grosses brasseries se créent pour produire des bières pils en masse. Cela est devenu possible grâce aux avancées scientifiques du 19e siècle et notamment à Pasteur et ses nombreuses recherches sur la fermentation. Une série d’innovation a eu lieu comme : la création des premières écoles brassicoles, l’amélioration des techniques d’embouteillage, la maîtrise de processus de touraillage pour rendre le grain plus clair et donc la bière plus claire etc. Les bières de l’époque étaient des bières de fermentation spontanée, des bières d’abbayes ou bières blanches mais aussi sur le tard les pils rentrent en jeu pour devenir plus ensuite un style incontournable.

pasteur fermentation biere
Premier appareil employé par L. Pasteur pour faire refroidir et fermenter le moût de bière

Les guerres mondiales : disparition de 75% des brasseries belges

Les deux guerres ont eu des conséquences terribles sur l’industrie brassicole belge. Tu vas le comprendre en deux chiffres :
– 1900 : 3200 brasseries
– 1945 : 800 brasseries.

Les différentes guerres ont réquisitionné logiquement la main d’oeuvre et les brasseries ont été fortement endommagées (bombardements, utilisation de la ferraille etc.). Des styles de bières ont alors disparu mais certains ont survécu comme les bières lambics, blanches et pils. D’autres se sont précisés pendant l’entre-deux-guerres comme le style bière saison, la bière Triple ou la bière Trappiste.

Les 30 glorieuses jusqu’à aujourd’hui : l’industrialisation

La reconstruction de l’Europe relance également la consommation. On ne parle plus de brasseries mais plutôt de marque. La marque Leffe se crée en 1954 et la Hoegaarden en 1966. Signe d’un grand changement, dans les années 1950, la première bière d’abbaye brassée par des “non-moines” voit le jour : c’est Affligem. Pour faire face à l’augmentation de la production, les moines de cette abbaye ancestrale (une des toutes premières créées en 1074) ont décidé de délocaliser sa production et de la faire (toujours en Belgique) par des laïcs la brasserie De Hertog. De ce pas, le business de la bière industrielle grandit, avec le groupe Alken-Maes et le groupe AB-InBev qui est le numéro 1 actuel de la bière dans le monde.

Aujourd’hui il n’existe plus qu’une quantité infime des brasseries belges gérées par des moines. Celles encore supervisées par des religieux bénéficient pour les plus connues de l’appellation “bière trappiste”. Les bières d’abbaye, celles que tu peux voir en magasin, sont à 99% faîtes par de grosses industries (Affligem, Grimbergen etc.). La dénomination “bière Abbaye” n’est alors plus que marketing.

Les différents styles de bières belges

Maintenant que tu es incollable sur l’histoire de la bière belge, qu’en dis-tu de connaître les styles qui font sa richesse ? En passant d’une bière acide, jusqu’à une bière forte tu as plein de choses à tester bien cool !

Les bières traditionnelles belges

Bière Saison : ce style est originaire du Hainaut au sud de la Belgique. La Saison est désaltérante avec une robe orangée. Avec un corps léger et une fin sèche, elle peut être parfois florale comme épicée. Originellement elle est comprise entre 3,5° et 5° car prévue pour l’été mais celle-ci a évolué après la seconde guerre mondiale vers des degrés entre 5 et 7 pour devenir plus rustique.

Witbier ou Bière blanche : c’est le style de bière blanche belge traditionnelle. Comprise entre 4,5% et 5,5% c’est une bière très désaltérante. Ayant failli disparaître au cours des années 1950, c’est la brasserie de Hoegaarden qui va faire renaître ce style vieux de plus de 400 ans. Les bières blanches belges sont des bières de blés et spécifiquement à base de froment (blé) non malté pour le style belge en opposition à la Weizenbier, bière blanche allemande à base de malt de blé.

Lambic : originaire de Bruxelles, elle est une bière de blé relativement acide, avec une certaine aigreur qui va prendre la place de l’amertume du houblon dans l’équilibre de la bière. C’est une bière de fermentation spontanée, c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’ajout de levure. Les bactéries présentes dans l’air feront office de levures sauvages pour faire fermenter la bière. C’est le style le plus ancestral belge.

Il existe également les Lambic fruitées comme les Kriek avec de la cerise (les plus connues) mais aussi à la framboise, abricot, cassis etc.

Gueuze : La gueuze est le fruit de l’assemblage de Lambic d’âges différents (1 à 3 ans). La Lambic la plus âgée va être responsable du goût, et la Lambic la plus jeune va apporter la pétillance à cette bière. Comprise entre 5° et 8°, elle est acide, équilibrée et à la fois pétillante et rafraîchissante.

Faro : ce sont des lambics en moins acides. À l’origine, le cafetier bruxellois ajoutait du sucre dans les lambics afin d’adoucir le goût acidulé avant de la servir. Ce style n’existait alors pas en bouteille. Avec le temps le style Faro est devenu un style à part entière produit avec un ajout de sucre en bouteille candi afin d’équilibrer l’acidité.

Rouge des Flandres : ou Flandre Rouge Ale est une bière vineuse et fruitée comprise entre 4,6° et 6,5° issue d’une fermentation mixte. Une première fermentation haute classique puis le brassin est vieilli plusieurs mois dans des fûts en chêne pour donner ce côté aigre et vineux. Parfois celle-ci est assemblée avec une lambic ou une bière de malt clair. Ce style se rapproche d’un vin rouge.

La Brune des Flandres : ou Oud Bruin (vielle brune) est proche de la Rouge des Flandres mais moins acide. De couleur brune et parfois plus forte entre 4° et 8° elle a un aspect vineux intéressant. Tout comme la Rouge Flandre elle est souvent le fruit d’un assemblage de bière jeune et vieille.

Les bières monastiques

Bière de table : une bière faible en alcool entre 1,5% et 3,9%. Elle est de qualité inférieure et souvent coupée à l’eau. Servie à table jusqu’en dans les années 1980 dans les écoles en Belgique, cette bière a été reconnue comme vertu publique dans les années 50. Les conducteurs, femmes enceintes, personnes fragiles étaient encouragés à la boire. Ce style fait référence à la bière de table d’abbaye servie dans les monastères pour protéger de l’eau qui était à l’époque de mauvaise qualité.

Bière d’Abbaye : c’est plus une appellation qu’un style à proprement dit. Les bières d’abbayes de notre époque (depuis la Seconde Guerre mondiale) sont industrielles et ne sont pas brassées dans des monastères contrairement aux bières Trappistes. Avec un goût de céréales marqué et une influence forte de levures spécifiques, on distingue plusieurs sous-catégories :
– La bière Simple à 3° et blonde
– La bière Double à 6° et brune
– La bière Triple à 9° et souvent blonde
– La bière Quadruple à 12°

Les notions de Double, Triple et Quadruple ne sont pas liées une simple, double ou triple fermentation comme on pourrait le penser. Cela est lié simplement à la teneur en alcool. Une Double étant doublement plus forte qu’une simple jusqu’à la Quadruple, 4 fois plus forte.

Bière Trappiste : cette appellation est réservée aux bières élaborées à l’intérieur d’abbayes trappistes sous la supervision des moines. Les bénéfices générés permettent aux moines l’autosuffisance et d’entretenir le site de l’abbaye. Le reste doit être versé à des œuvres caritatives de la région. Relativement proche du style d’abbaye classique belge en goût, il existe 14 marques de bières trappistes dans le monde dont :

  • 6 en Belgique : Westmalle, Westvleteren, Archel, Chimay, Orval & Rochefort.
  • 2 aux Pays-Bas : Trappe & Zundert
  • Une Française : Abbaye Mont des Cats.
  • Une Autrichienne : Abbaye d’Engelszell
  • Une Italienne : Tre Fontaine Abbay
  • Une Américaine : Spencer Trappist Ale
  • Une Espagnole : Cerveza Cardeña Trappist
  • Une Anglaise : Tynt Meadow

Les autres styles

Pils belge : La Belgique n’est pas reconnue pour ce style de bières mais face à la concurrence et à la dominance de ce style dans le monde, une version belge de la pils s’est créée. Elle est plus maltée et sucrée qu’une Pils tchèque ou allemande qui sont elles plus houblonnées. Ce sont des bières de couleur très claire et faible en alcool entre 4° et 5,5°.

Bière spéciale belge : le terme est très utilisé en Belgique. Pour t’avouer, c’est plus un usage de dire une Bière Spéciale qu’un style car il n’y a pas de définition précise. Ce sont globalement l’ensemble des bières typées belges, quel que soit le style ou le processus de brassage.

Bière brute :
un style assez récent qui s’apparente au champagne. Très sèches et pétillantes, ces bières sont désaltérantes et légères. Leur particularité vient des levures spécifiques au champagne rajoutées lors de l’embouteillage. Puis un système de stockage et de remuage bien particulier font de ce style atypique “une bière champagne”.

Nos bières belges préférées

Difficile de choisir quelques bières parmi tant de variétés, nous avons fait le choix de te proposer des bières de différents styles pour que tu aies un panel de goûts diversifiés ! Enjoy

Duvel – le classique belge

Deux tiers de bières, un tiers de mousse : voilà comment on sert de la Duvel en Belgique. Si un jour tu as la chance de visiter ce pays et sa belle capitale, la Duvel dans un bar belge est un classique. 8,5% d’une bière ronde gourmande et épicée avec des notes citronnées. Enjoy 😉

View this post on Instagram

A golden moment #Duvel #seizethemoment

A post shared by Duvel (@duvel_belgium) on

Saint Bernardus ABT 12

Une belle bière brune forte de dix degrés avec un beau côté torréfié qui donne des notes caramélisées et sucrées. Cette bière d’abbaye facile d’accès (disponible en grande surface) a pour la particularité d’être brassée selon la même recette que la plus reconnue des bières trappistes : la Westvleteren 12° Abt, élue plusieurs fois meilleures bières au monde. On te propose pas la Westvleteren dans ce top car celle-ci est quasi inaccessible et notre but est que tu puisses goûter 🍺

saint-bernardus-abt-12.png

Kriek 100% Lambic Bio – Cantillon

Un des grands classiques belges : la brasserie Cantillon. Connue mondialement pour sa bière Lambic, la Gueuze et au sens large pour la maîtrise de la fermentation spontanée. On t’a choisi la Kriek qui est une lambic à la cerise. Un conseil ? Il faut au moins tester une fois dans sa vie une bière de cette brasserie pour ta culture bière 😉.

kriek cantillon lambic

Mort Subite Witte Lambic

Une institution datant 1686 ! Cette bière blanche est une bière accessible dans les grandes surfaces depuis que la brasserie De Keersmaeker a été racheté par le groupe Alken-Maes. Cette bière reste tout de même une superbe introduction à la bière blanche belge, elle est le savoureux mélange d’une bière lambic jeune et d’une bière blanche fruitée.

mort subite blanche

Delta IPA – Brussels Beer Project

Brasserie vielle de 2013, rien que ça. Avec la brasserie de la Senne, elle marque le renouveau de la scène brassicole belge mêlant style belge traditionnel et touches modernes. On te voit petit puriste belge qui grince des dents, coucou✌, c’est un parti pris assumé !

La Delta IPA est une bière amère (IPA) . Celle-ci est basée sur un style de bière saison avec une dose massive de houblons qui lui apportera amertume et goût houblonné portant sur le fruit de la passion.

On s’arrête ici pour notre top des bières belges même si on n’oublie pas les bières suivantes : Orval, Trappistes Rochefort 6, 8 et 10, Chimay, Westmalle, Taras Boulba, Bourgogne des Flandres, Kwak, Triple Karmeliet, Chouffe etc.

On espère que cet article t’aura permis d’en savoir un peu plus sur la bière belge, tu peux maintenant étaler ta culture brassicole à ton prochain apéritif. N’hésite pas à partager cet article à tes amis qui s’intéressent à la bière. Tu peux également nous suivre sur Instagram et Facebook

Hello, tu aimes la bière ?

Alors bienvenue sur Mon Petit Houblon !

Que tu n’aies jamais bu de bières ou que tu ne jures que par ça, tu es au bon endroit pour en découvrir un peu plus, en tout cas on espère ! Dans ce média on essaie de présenter l’univers bière artisanale sous toutes ses formes, bulles & couleurs. On ne peut pas te faire goûter le contenu mais le cœur y est.

Hoppy lecture ! 😉

Suis-nous sur Untappd

untapdd

  Dam27

untapdd

  Dr.Fougueux

untapdd

  Charloh

untapdd

  Bouli

Un autre article pour la route ?